Accéder au contenu principal

“Passed”, ou la grande histoire d’une petite étiquette…

Il y a longtemps déjà, alors que je commençais à “tâter” de la photo, un petit ovale autocollant intriguait et était à l’origine de quelques légendes.
C’était l’étiquette dorée “Passède” (c’est ainsi qu’un Français disait, en 1978). Elle était collée sur les appareils photographiques Japonais. Mais que signifiait-elle donc ? On disait que cela attestait que l’appareil avait été testé, qu’il ne fallait pas acheter un appareil sans cette étiquette (alors que le “grey market” n’existait pas encore), qu’il était bien passé entre les mains de “Brandt Frères” (importateur historique de Nikon), que l’appareil n’avait pas été acheté en Andorre et que les droits de douane avaient donc bien été réglés, etc, etc. D’ailleurs, au sujet de la douane, certains de ces agents auraient perçu des droits si l’étiquette était absente et que le propriétaire n’avait pas sa facture sur lui, légende aussi ??
Quant à Andorre, cette principauté a vécu ses plus belles années à ces moments là, ainsi que les BMW de la “volante” !!! Les anciens comprendront ! J’ai d’ailleurs acheté mon horrible 75-260mm Tokina pour mon AE-1 là-bas… Et payé la TVA au poste de douane !
Revenons à “Passed” : La réalité était légèrement différente. Remontons encore plus loin : Aprés la seconde guerre mondiale.
Le Japon, vaincu, se relève doucement, mais finalement très vite (!!) et se prépare à devenir une puissance mondiale qui inondera ensuite la planète de ses produits, chaines Hifi, appareils photo, voitures, cameras, magnétoscopes, etc.
Étiquette sur mon Canon AE-1 (pas celui que j’ai acheté à 16 ans, mais un autre, venant des USA)
Mais avant les années 50, même si Nikon (et d’autres) produisent déjà d’excellents appareils, ce pays produit aussi des articles d’une qualité totalement déplorable. “c’est de la quincaillerie jap’ ” pouvait-on entendre…
C’est drôle, aujourd’hui nous avons remplacé cette expression par “quincaillerie Chinoise” ! Ce qui donne à réfléchir.
Bref. Ce pays en eut assez et a donc voulu mettre fin à cette réputation de fabricant au rabais. Pour cela, en 1954, un consortium est formé : le Japan Camera Inspection Institute (JCII) qui devint ensuite, en 1969,  le “Japan Camera Industry Institute”.
Son rôle : faire appliquer de stricts contrôles de qualité, à tous les stades de fabrication, pour tous les fabricants du secteur photographique, et contrôler tous les articles exportés, pour les valoriser. Le Japon est, rappelons-le, précurseur en terme de qualité. Puis, était collé cet ovale doré…
Nous sommes loin du concept de DOA (Dead On Arrival), “Mort à l’arrivée”, en vigueur aujourd’hui dans beaucoup de domaines. (Vous savez, vous déballez votre lecteur Blu-ray et il ne fonctionne pas, en sortant de sa boite ! Et vous le rapportez chez Darty, pour échange. Et ils remplissent un document de DOA, avant de mettre le lecteur neuf …. à la benne. Directement. Histoire vraie !).
Ces étiquettes dorées ovales ont effectivement contribué à la reconnaissance de la valeur des produits Nippons. Ensuite, dans les années 80, ces produits étant devenus des références mondiales, largement copiées d’ailleurs, l’autocollant n’avait plus de valeur ajoutée, et il disparut, sans le dire ..
Puis, plus tard, le Japon fit fabriquer sa production à Singapour, puis à Honk-Hong, et maintenant, en… Chine ! Re-bref.
Aujourd’hui,  il parait que les collectionneurs aiment, voir ces étiquettes sur les appareils qu’ils achètent. Remarquez, si elles étaient enlevées, leurs traces seraient alors très visibles (surtout sur les boîtiers noirs). Et certains vendeurs en proposent même, neuves, sur leur papier support !!!
Et voilà l’histoire oubliée de ces petites étiquettes…
See You.

Commentaires

  1. Anonyme5:06 PM

    Thx pour l'anecdote. J'en ai sur tous mes boîtiers/objectifs argentiques : Nikon FE2, Nikon FA, et Nikkormat
    pazz

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

BA-128 Frescaty : Rien à voir avec la photo, quoique... SAISON 1 Episode 1

Après quelques .... années de silence, m'est venu l'idée d'un article.
Elle n'est pas venue toute seule. Elle est le long cheminement commençant en rangeant mes négatifs noir et blanc.
Je suis tombé sur une feuille panodia notée "base Frescaty, CEP".
Les négatifs remontent à 1983.
J'ai suffisamment blanchi des cheveux pour avoir vécu ce que l'on appelait alors le "service national".
C'est de cela que je vais parler. Que ceux que le sujet barbe d'avance sachent qu'ils sont excusés.

Le texte qui suit est le résumé de mes souvenirs. Certains en auront d'autres, ainsi que d'autres avis. Le but n'est pas de juger, mais simplement de raconter une simple histoire vraie racontée 35 ans plus tard.

A cette époque, ce service national commençait par une session de sélection.
Improprement appelée 3 jours, puisque n'occupant que deux demi-journées, soit 1 jour (!). Le service proprement dit débutait ensuite, normalement, du…

BA-128 Frescaty SAISON 2 Episode 1

Comme prévu, vint le jour de la migration sur base.
Je savais maintenant que j'étais versé au service photographique de la base !
Nous avons dû nous grouper par paquet de 21 dans la cour du fort, à attendre notre nom.
En rang, en uniforme bleu, avec le gros paco à nos pieds. Dans le froid, toujours.
Nous étions, depuis notre passage sous les drapeaux, des Aviateurs.
Tous impatients de quitter le fort et d'aller sur cette sacrée base. Pour ma part, j'étais impatient d'aller dans ce service photo.

Mais la surprise est arrivée à ce moment là.
Un certain nombre d’entre nous a été appelé séparément des autres.
Alors que la majorité des camarades montaient dans des bus, nous nous sommes vus dirigés vers les banc en bois dur d'un Berliet GBC....
Inutile de dire que l'on se sent un peu... anxieux.
Une fois installés à l'abri, relatif, des bâches du camion, le convoi démarra.
Il devait y avoir 2 GBC et 4 bus.
Cette fois nous avons bien suivi les panneaux "Base Aérienne&…